La traque des défenseurs de la paix continue !

Publié le par Jules BOYADJIAN

Les années 2006 et 2007 avaient été marquées par une intensification d’événements négationnistes violents portant atteintes à la dignité de l’ensemble des Républicains français. Des actions plus ciblées, signe d’une grande organisation, a été déplorée contre les défenseurs même de la Cause Arménienne. Ces défenseurs de la justice concernant le génocide arménien, de simples bénévoles dévoués à cette cause humaniste, sont désormais en danger sur le territoire français, ce qui est fort regrettable. Certes, jusqu’à présent, leur intégrité physique n’a pas été mis en cause et ils n’ont été « que » les cibles de lynchages sur quelques sites internets et autres blogs négationnistes. Mais les cambriolages ciblés en octobre 2006 contre les responsables des organisations arméniennes en France et particulièrement la FRA Dachnaktsoutioun interrogent dangereusement. L’ordinateur de Mourad PAPAZIAN avait été volé en octobre 2006 ainsi que celui du Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France  (CCAF) à quelques heures d’intervalle. Récemment Gamkonline informait d’un nouveau cas de vol à l’encontre d’un responsable organisationnel arménien sur le sol français : Hratch VARJABEDIAN, représentant de la FRA Dachnaktsoutioun dans la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur a découvert en rentrant à son domicile le lundi 10 septembre 2007, les cambrioleurs emportant avec eux son ordinateur.

L’objectif est simple: intimider les défenseurs de la Cause Arménienne et particulièrement de la grande organisation FRA Dachnaktsoutioun, dont le travail politique d’information et de sensibilisation, entrave la démarche négationniste hyper-active du gouvernement turc. Le Comité de Défense de la Cause Arménienne énonce également sur son site internet les actes arménophobe à teneur négationniste qui ont pu se dérouler jusqu’à aujourd’hui et auxquels nous pouvons désormais ajouter les cambriolages des années 2006 et 2007.

Avril 2002 Alfortville et Grenoble

Dégradations des monuments dédiées au génocide arménien.

24 avril 2003 à Marseille (13)

Un membre de la communauté arménienne est sauvagement agressé par un déséquilibré d'origine turque lors de la manifestation devant le consulat de Turquie.


25 avril 2003 à Vienne

Dégradations sur la stèle dédiée au génocide arménien.

Fin avril 2003 à Paris (75)

Le monument dédié au Révérend Père Komitas, inauguré le 24 avril 2003 par le Maire de Paris, a été recouvert à plusieurs reprises de drapeaux turcs par des groupes de militants nationalistes turcs.  

11 avril 2005 à Marseille (13)

La stèle situé dans le quartier de Beaumont (12°), en face du prochain mémorial qui va être inauguré le 24 avril 2006, a été profanée et souillée avec une inscription homophobe.

18 mars 2006 à Lyon (69)

Plusieurs milliers de manifestants turcs défilent dans les rues de Lyon avec des panneaux négationnistes. La manifestation, autorisée par la Préfecture du Rhône, veut protester contre l'édification du mémorial dédié au génocide arménien, situé Place Anthonin Poncet à Lyon (2°).

17 avril 2006 à Lyon (69)

Profanation de plusieurs pierres du futur mémorial situé Place Anthonin Poncet à Lyon (2°). On y retrouve les inscriptions : "nike le arménien" ou "il n'y a pas eu de génocide".

14 octobre 2006 à Chaville (92)

La sculpture en bronze (quelques centaines de kilos) du monument dédié aux victimes du génocide arménien a été volée dans la nuit de vendredi à samedi à Chaville (Hauts-de-Seine). Le monument de Chaville était composé de 12 colonnes de pierre, qui restaient intactes, entourant un enchevêtrement de lettres de l'alphabet arménien en bronze - qui a disparu durant la nuit. Cette oeuvre du sculpteur Georges Ayvayan, don de la communauté arménienne à la ville de Chaville, avait été inaugurée le 5 octobre 2002

21 octobre 2006 à Paris (75)

Près de 200 personnes ont manifesté sur les marches de l'Opéra Bastille au cœur de Paris en début d'après midi, sans autorisation préfectorale. Aux couleurs de la Turquie, les manifestants n'ont pas hésité à faire le salut des « Loups gris », la branche activiste du parti d'extrême droite turc MHP (Millyetci hareket partisi, Parti d’action nationaliste) et tenant des propos négationnistes du génocide arménien.

Tous ces évènements sont par ailleurs restés impunis. Une loi pénalisant le négationnisme du génocide arménien auquel sont rattachés tous ces évènements semblent être plus que jamais une nécessité pour faire face à cette traque insupportable des défenseurs des principes républicains les plus élémentaires.

Publié dans Négationnisme

Commenter cet article