Mais le négationnisme s'est intensifié avec fanatisme

Publié le par Jules BOYADJIAN

Les reconnaissances, par les plus grandes démocraties, ont été perçues, de par le monde, comme un message de paix. Ni animosité, ni hostilité, seul un désir de Justice et de réconciliation de l'Humanité avec son douloureux passé motivait les Républiques à agir. Malheureusement, le négationnisme attisé par le gouvernement turc, s'est violemment intensifié. 

Au printemps 2006, le mémorial de Lyon a été profané d'inscriptions ultranationalistes et négationnistes, en turc et en français.  Une manifestation d'une haine inouie, menée par les activistes de l'extrême droite turque, s'est déroulée à Lyon.

 

Récemment, au mois d'octobre 2006, la stèle de Chaville a été volée et une nouvelle manifestation, violant l'ordre public a été déplorée Place de la Bastille, avec le même esprit négationniste et belliqueux qui caractérisait celle de Lyon.

 

Pour autant, le droit français, en l'état, ne permet pas de punir le négationnisme du génocide arménien, et tolère donc, ce type de manifestation outrageant les consciences humanistes qui fondent nos démocraties. L'absence d'outils juridiques dans l'arsenal législatif français empêche le juge de sanctionner la méconnaissance des termes de la loi du 29 janvier 2001, en vertu du principe de la légalité de la peine. C'est pourquoi il faut ajouter un volet pénal à la loi reconnaissant le génocide arménien.

Publié dans Négationnisme

Commenter cet article

yériché 08/11/2006 16:04

En France, les troubles à l'ordre public doivent êtres évités ou dispersés. Dire que toute  manifestation est un trouble à l'ordre public est faire preuve d'une méconnaissance du droit qui prévaut dans les démocraties (mais cela plairait beaucoup du côté de Pyongyang). En effet, la Loi est faite entre autre, pour prévenir et lutter contre les troubles à l'ordre public.
 

Si toute manifestation serait un trouble à l'ordre public, il n'y aurait pas de liberté de manifester.
 

Hors, c'est un droit fondamentale des pays démocratiques et il est même constitutionnel en France: "Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public" (Déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen).
 

De plus, l'Article 9 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme dispose que "La liberté de manifester (...) ne peut faire l'objet d'autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l'ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés d'autrui".
 

En résumé, le droit de manifester est un principe auquel ont déroge que lorsqu'il y a un risque ou des éléments constitutif de trouble à l'ordre public.

AS 05/11/2006 16:58

Pas du tout cher Lucas
Si tu étais mieux informé, la grande majorité des manifestations ne troublent pas l'ordre public car elles disposent d'un itinéraire autorisé par la préfecture, ne se termine pas en bagarre générale et surtout permettent de revendiquer quelque chose de censé.
Le fait de nier un génocide n'est que la continuité du génocide qui se pérpétue encore et encore et de toi à moi, cela n'est pas une opinion censé puisqu'elle sera bientôt pénalement condamnable...
 

lucas 05/11/2006 05:20

"une manifestation troublant l'ordre public"...Oui, mais TOUTES les manifestations sont des troubles à l'ordre public !